GPA : Le corps des femmes n’est pas une marchandise

Intervention de Catherine MORIN LE SECH Co-présidente de CQFD Lesbiennes Féministes, en aout 2016 à l’occasion de la 24ème université d’été de L’Assemblée des Femmes « Le corps des femmes : une marchandise comme une autre ? » (réactualisée par l’auteure en 2018).

Des lesbiennes féministes pensent aussi que le corps des femmes n’est pas une marchandise

CQFD Lesbiennes féministes (1) s’est constituée en 1997 pour promouvoir la visibilité lesbienne féministe.
« Être visibles » pour nous signifie faire progresser les droits des lesbiennes et vivre en tant que telles au même titre que les autres citoyennes et citoyens sans aucune discrimination, lutter pour une société égalitaire sur des valeurs de gauche et laïque, sans lesbophobie, sexisme, racisme, exempte de violences et d’exclusion sociale, bref une société vivable pour tout le monde sans exploitation de qui que ce soit.
Dès 2001, la Coordination Lesbienne en France (où CQFD Lesbiennes Féministes assurait la coprésidence) dénonçait ces pratiques appelées « recours à des mères porteuses », et dans le même temps, prenait position contre le système prostitueur.
Précisons, pour clarifier notre position, que remettre en question et s’opposer à ces deux systèmes d’instrumentalisation du corps des femmes, ne signifie pas que nous sommes contre les personnes prostituées ou les femmes qui portent les enfants de la GPA.

CQFD Lesbiennes Féministes s’est impliquée dans le combat pour l’abolition universelle de la GPA

Cette implication à pour origine au moins deux raisons.

– La première, en tant que militantes féministes.

Les lesbiennes ont toujours participé aux luttes pour les Droits des femmes, même quand, a priori, on pourrait penser qu’elles pourraient ne pas être concernées, comme le droit à l’avortement ou à la contraception libre et gratuite.
Nous avons choisi d’être aussi avec et aux côtés des femmes, catégorie sociale discriminée dont nous faisons partie.

Une des valeurs féministes, qui nous tient à cœur, est de vouloir tendre vers des sociétés égalitaires pour tous les êtres humains, à commencer par les femmes, puisqu’elles restent toujours les plus exploitées, voire sacrifiées sur l’autel des désirs des pouvoirs machistes.
Les systèmes de sociétés machistes sont des systèmes inégalitaires, prédateurs et destructeurs qui déshumanisent ceux qui en sont eux-mêmes les auteurs !

– La deuxième raison, en tant que lesbiennes.

Lesbiennes militantes, nous sommes l’une des composantes du milieu LGBT. Néanmoins, les vécus des lesbiennes et ceux des gays ne sont pas semblables (toutes les dites « minorités » ont leurs spécificités)
Nous avons constaté, sans surprise, que les lesbiennes se positionnent plus fréquemment contre la GPA que les gays car si « LGBT » signifie « Lesbiennes, gay, bi et trans », ce milieu n’en est pas moins essentiellement gay c’est à dire homosexuels.
Hors, beaucoup d’entre eux sont actifs pour défendre, dans leurs intérêts propres, le recours aux mères porteuses et œuvrent pour imposer leurs points de vue.

Ce n’est pas révéler un secret de dire que les organisateurs de plusieurs marches « Gay-Pride fiertés LGBT++  » ont voulu placer « Le droit à la GPA  » dans leur mot d’ordre de la traditionnelle marche de juin (ces marches de juin commémorent les manifestations qui se sont déroulées fin juin 1969 à New York au Stonewall Inn). Fort heureusement, à Strasbourg (en 2012) et Marseille (en 2014), des associations lesbiennes féministes membres de la CLF, sont parvenues à les en dissuader.
Pour exemple, le mot d’ordre de la marche « Gay Pride fiertés LGBTQI » de Lyon en 2014 « Nos corps, nos choix, droits des trans, PMA, IVG, GPA et prostitution » montre comment se construit l’amalgame en s’appropriant et détournant des revendications féministes.
La Coordination Lesbienne en France avait dénoncé ce mot d’ordre dans un communiqué de presse auquel se sont associées plusieurs organisations féministes et lesbiennes.

Rupture avec le mouvement LGBT Paris

CQFD Lesbiennes féministes a pris ses distances avec le milieu LGBT militant dans lequel trop d’activistes soit devenaient pro-GPA et/ou pro-prostitution soit étaient dans le refus de prendre une position claire vis à vis de ces systèmes que nous considérons comme des systèmes d’exploitations .
La coordination lesbienne s’est retirée officiellement de l’Inter-LGBT parisienne en 2013, principalement pour ces deux raisons.
En 2017, à la dissolution de la CLF, il a été convenu que CQFD Lesbiennes Féministes poursuivrait les actions engagées pour l’Abolition universelle de la GPA parmi d’autres actions.

Comment est né ce mouvement pour l’abolition de la GPA ?

Dans les mêmes temps, nous nous sommes tournées vers nos amies féministes, avec lesquelles nous militions déjà, bien entendu, pour qu’elles s’engagent davantage sur la question de la GPA non perçue comme prioritaire à cette époque car beaucoup de groupes n’en évaluaient pas l’ampleur ou n’en connaissaient tout simplement pas la réalité.
Certaines craignaient aussi d’être accusées d’homophobes si elles se positionnaient contre la GPA pour tous, y compris pour les gays.
Bien évidemment, pour nous, le recours à la GPA par des hétérosexuels ou par des gays est similaire, puisqu’il s’agit de la même exploitation et marchandisation du corps des femmes.
D’autres groupes féministes ou pour les droits humains, nous croyaient, à tort, parties prenantes des revendications des gays activistes et donc en faveur de la GPA.
Il était donc temps de remettre les pendules à l’heure en faisant connaitre notre position.

En 2011, la CADAC – Coordination des Associations pour le Droit à l’Avortement et à la Contraception a compris à travers ce que nous disions, le problème du système de la gestation pour autrui et s’est engagée avec nous dans la publication d’un manifeste « Pourquoi nous sommes contre la GPA – Recours aux mères porteuses » (publié en 2013 par la CLF, CADAC et Planning familial. Mis à jour en 2014 par la CLF et la CADAC).
Ainsi lesbiennes et féministes s’associaient pour publier le premier manifeste dénonçant la GPA.
Manifeste  à votre disposition sur ce site de CQFD lesbiennes féministes.

En 2015, une étape de plus était franchie : le Collectif pour le Respect de la Personne (CoRP) nous a contactées pour envisager une action commune.

C’est ainsi qu’en février 2016, le CoRP, la CLF et la CADAC organisaient les « Assises pour l’abolition universelle de la gestation pour autrui ou GPA » avec l’appui de Laurence DUMONT, Vice-Présidente de l’Assemblée Nationale qui avait de son coté sensibilisé un groupe de politiques autour d’elle.
L’objectif, qui a été atteint, était de rassembler des responsables politiques de toute l’Europe, des associations féministes et de défense des droits humains, des chercheuses et des chercheurs de toutes disciplines. Nous avions aussi invité Sheela SARAVANAN (2), qui est intervenue pour dénoncer la révoltante condition des mères porteuses en Inde.
Trois cent vingt personnes ont participé à ce colloque et quarante cinq associations /organisations /collectifs.. étaient représentés dans la salle.
Le mouvement pour « l’abolition universelle de la Gestation pour Autrui » (GPA) venait de naitre.

Face à la GPA, des questions se posent à nous

Si nous considérons que tous les êtres humains sont égaux, leur exploitation, et ici en ce qui nous concerne l’exploitation du corps des femmes, n’est pas acceptable. « Un enfant pour moi, à n’importe quel prix », n’entre pas dans notre conception de la société.
Non, les femmes n’ont pas vocation à être maintenues dans des rôles de servantes pour satisfaire des idéologies patriarcales.

Avoir recours à la GPA au nom de « l’amour des enfants » ?!  Des moyens de partager sa vie avec des enfants sont possibles comme l’adoption simple ou plénière, la pluri-parentalité , beau parentalité et d’autres que nous pourrions inventer pour le bien des enfants.… Battons-nous pour que ces possibilités deviennent accessibles à toutes et à tous, quelle que soit notre orientation sexuelle.

Par quoi sont motivées toutes ces pressions à inciter les femmes à procréer ?
Une femme sans enfant ne serait toujours pas une femme ? Des partenaires sans enfant s’aimeraient moins que d’autres ?
Qui définit quoi et pour qui ?
Ne pas aimer les femmes qui font le choix de ne pas faire d’enfant est une des particularités des sociétés patriarcales. Ces femmes perçues comme étranges et suspectes !
Quant’ aux femmes infertiles, elles doivent être soignées pour pouvoir enfanter au prix de traitements douloureux, longs et couteux, quand elles ne sont pas bannies dans certains pays … Quel monde !

D’où vient tant d’obstination à vouloir faire des enfants comme s’il s’agissait d’une fin en soi ?
A l’heure où le monde comptent des millions de chômeuses et chômeurs dont plus de 20 % en France sont des jeunes de 15 à 24 ans.
A l’heure où des familles monoparentales, majoritairement des femmes, vivent de grandes difficultés financières et précarité (3).
A l’heure où des populations sont contraintes à l’exil pour des raisons politiques, économiques, sociales, climatiques… et dorment dans les rues pour survivre …

La pratique de la GPA n’est pas une question scientifique n’en déplaise à certaines personnes, mais un positionnement politique et surtout une question humaine qui concerne les droits des femmes.
Dans quel processus de mutation choisissons-nous de nous intégrer et d’agir ? Quels choix de vie adoptons nous ou cautionnons nous pour construire les sociétés d’aujourd’hui et de demain ? Qui choisissons-nous de croire et de suivre ou bien de contester ?

Certaines questions de société touchent aux droits fondamentaux car elles vont influer sur la transformation de l’humanité. A l’heure de la mondialisation de la gestation pour autrui, pratique à laquelle nous nous opposons, la GPA est bien une question fondamentale.

Catherine MORIN LE SECH Co-présidente de CQFD Lesbiennes féministes

(1) voir historique de l’association dans l’article : historique de CQFD Lesbiennes Féministes
(2) Sheela SARAVANAN, chercheuse, titulaire d’un doctorat en santé publique universitaire indienne.
(3) les femmes représentent 70% des travailleurs pauvres en France. Rapport du 7 juillet 2017 du Haut Conseil à l’Egalité.