2005 Fierté Lesbienne

L’année 2005 concluera 10 ans de manifestations pour la visibilité lesbienne et marquera la première rencontre du projet de création d’un réseau lesbien européen à Marseille

Un réseau lesbien européen

Pourquoi une rencontre du réseau Lesbien Européen le 28 mai 2005 ?

Lors d’une rencontre européenne de la Marche Mondiale des femmes contre les violences et pauvreté, la France avait proposé la création d’un réseau lesbien européen.
La référente était la Coordination lesbienne en France par le biais d’une de ses associations : CQFD Fierté Lesbienne.

Des contacts ont été pris avec des associations lesbiennes d’autres pays des échanges d’informations par courriels ont été faits et nous avons pris conscience de la difficulté de travailler par mails. Fortes de cette conclusion, nous avons saisi l’opportunité de l’initiative qui aura lieu à Marseille les 28 et 29 mai 2005 pour provoquer une rencontre ouverte à toutes les lesbiennes européenne à cette occasion (l’espace lesbien).

A nous de faire de ce moment privilégié le réel départ d’une force lesbienne autonome.

3 heures de rencontre à Marseille à l’espace lesbien après la manifestation

Nous proposons d’aborder deux thèmes :

  • 1°) le lancement d’un travail commun sur l’état des lieux de nos législations respectives. Ce travail constituerait la base d’une réflexion pour identifier les marges de progrès des législations locales et européennes et engager des actions revendicatives communes : (campagnes, actions de lobbying ..)
  • 2°) comment arriver à jeter des ponts entre nous au niveau européen :
    • faire passer l’information pour être au courant de l’actualité lesbienne de chaque pays
    • se rencontrer à l’occasion de réunions du réseau mais aussi participer à une sélection d’évènements lesbiens organisés dans nos différents pays

Rendez-vous, à Marseille France, à l’espace Lesbien vers 18H le 28 mai 2005 au soir, après la manifestation.

Espace « Lesbiennes » atelier du 28 mai 2005 à Marseille (compte rendu)

L’atelier a réuni 80 lesbiennes d’Espagne, de Catalogne, d’Italie, de France.

L’absence d’interprétariat a compromis la séance et a découragé les participantes.
Toutefois l’auto-organisation et l’appui spontané d’interprètes bénévoles venues nous rejoindre en cours de réunion, ont permis de poursuivre la séance avec un nombre réduit de lesbiennes.

Dans l’objectif de créer une force lesbienne autonome, les thèmes abordés étaient les suivants :

  • Visibilité des lesbiennes.
  • Droits individuels.
  • lutte contre les violences (lesbophobie) avec la volonté de s’inscrire dans les travaux menés par les copines féministes de la Marche Mondiale autour d’un projet européen de loi cadre contre les violences faites aux femmes.

Du débat il est ressorti :

L’action commune passe nécessairement par la volonté de faire vivre un réseau lesbien européen pour :

  • Échanger les informations.
  • Appuyer les initiatives lesbiennes locales : festivals de films (France, Italie), les semaines
    de réflexion lesbienne (Espagne-Allemagne) pour les visibiliser au delà de leurs frontières.
  • Organiser les échanges des travaux sur les revendications.

Pour mettre en œuvre un tel projet, des difficultés ont été soulignées :

  • Moyens financiers pour organiser les rencontres.
  • Nécessité de se connaître pour agir ensemble.
  • Différences d’expériences, d’analyse entre les groupes.
  • Réalités sociales différentes entre les pays européens.
  • Des approches différentes de la mixité/non mixité.

Néanmoins l’idée du réseau lesbien reste un moyen incontournable pour la plupart.

Concrètement, il a été décidé de tenter, pendant un an, de fonctionnement par échange d’informations via Internet :

  • Chaque organisation diffuse les informations sur ses actions, ses projets.
  • Chaque organisation se charge d’animer un thème de discussion (lesbophobie, visibilité,absence de prévention SIDA pour les lesbiennes par négation de la sexualité lesbienne…) sur une période de trois à six mois.
  • Puis on tire le bilan de cette expérience en préparation d’une nouvelle rencontre dans un an.